• Sans-papiers en Europe : non à la directive de la honte !, par Laurent Giovannoni

    sur Le MONDE

    Le Parlement européen s'apprête à voter, le 29 novembre, un projet de directive sur le retour des étrangers en situation irrégulière, c'est-à-dire sur l'expulsion et la rétention des sans-papiers. Va-t-il se fourvoyer ? On peut le craindre, à l'examen du compromis adopté à la quasi-unanimité par la commission des libertés civiles, le 12 septembre, qui autoriserait une durée de rétention pouvant atteindre dix-huit mois.

    <script language="JavaScript">if (provenance_elt !=-1) {OAS_AD('x40')} else {OAS_AD('Middle')}</script>

    Nos eurodéputés ont-ils conscience de la portée de leur décision, du monstre qu'ils risquent de promouvoir par leur vote ? En France, la loi Sarkozy de 2003 a quasiment triplé la durée de rétention autorisée, la faisant passer de douze à trente-deux jours. Cette durée fut jugée excessive par toute l'opposition et une partie de la majorité, et l'expérience montre que ses douloureuses conséquences humaines sont sans commune mesure avec son "efficacité" quasi nulle. Bref, une durée inutilement longue pour des souffrances accrues.

    L'ARTICLE