• sur NEWS. CH

    Berna, 22.05.2007 - Une conférence internationale dédiée aux envois de fonds des migrants (remittances) et organisée par le Secrétariat d'Etat à l'économie SECO se tiendra le 5 juin 2007 à Belgrade. Cette réunion qui s'adresse aux représentants des gouvernements, du secteur financier, de la communauté des pays donateurs et aux médias intéressés vise à formuler, sur la base des expériences faites dans d'autres régions, des pistes concrètes en vue d'accroître l'efficacité des envois de fonds des migrants sur le développement des Balkans. Elle est organisée avec le soutien de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et de la Banque nationale de Serbie.

    l'ARTICLE 


  • sur LA CROIX

    Les Eglises luthérienne et réformée de France ont adopté un texte soulignant que "le droit de vivre en famille est un droit fondamental" et dénonçant les "difficultés croissantes auxquelles doivent faire face les familles étrangères et franco-étrangères", ont-elles annoncé lundi à l'AFP.

    L'ARTICLE 


  • sur CHRETIENTE INFO

    "La politique d'immigration, comme toute politique, est légitime à condition de l'appréhender à travers le prisme du bien commun [...] [L]e bien commun exige que l'on protège d'abord les nationaux puis, une fois garanti leur épanouissement, les étrangers dans la mesure des capacités du pays. Il est donc légitime qu'un Etat définisse une politique d'immigration. C'est le sens du message du conseil permanent de la Conférence des évêques de France à l'occasion de prochaines élections intitulé "Qu'as tu fais de ton frère"

    L'ARTICLE 

    -----------------------

    Faut il reellement attendre l epanouissement accompli des nationaux avant d offrir l hospitalite a l etranger ? Sachant qu il est impossible de definir quand est ce qu un peuple est epanoui completement... Une "bonne" maniere de se donner bonne conscience de la non-hospitalite !
    nous preferons nous referer a Mtt 25.35 "j'étais étranger, et vous m'avez recueilli;" il n y pas de condition d'identite nationale dans la parole du Christ.

    Le reste de l'article sous entend que la France n a plus les moyens d'accueillir les étrangers... mais ne fournit aucune preuve... pire, l'immigration menace l'identite nationale... c 'est dit, c'est fait, l'Eglise Catholique nous avait habitué à plus de générosité et plus de fraternité... 

     


  • sur Nouvel Obs

    Hortefeux : "mieux d'intégration" pour lutter contre les clandestins

    [...]

    Favoriser l'aide au retour volontaire

    Le CADA est "le symbole de l'intégration et de la volonté d'insertion d'étrangers dans notre communauté nationale" a déclaré le ministre. Ce dernier y a rencontré plusieurs étrangers ayant obtenu leur statut de réfugié, notamment une Bolivienne, médecin généraliste, et un universitaire tchétchène, professeur de philosophie.

    Brice Hortefeux a rappelé que le nombre de places de CADA avait "considérablement augmenté entre 2002 et 2007, passant de 5.000 à environ 20.000". Il a toutefois dénoncé "les délais trop longs [des procédures], en moyenne plus de deux ans (contre) quelques mois dans d'autres pays d'Europe. Il faut que nous allions plus vite, qu'on se rapproche de la moyenne européenne, de six mois".

    Parmi les actions qu'il souhaite entreprendre figure "la politique d'aide au retour volontaire, qui peut permettre de mieux redémarrer dans les pays d'origine".

    [...]

    L'ARTICLE

    ----------------------------

    Le CADA est destiné aux demandeurs d'asile, c est a dire des gens qui ont potentiellement besoin d'etre proteges. Parler à leur sujet de "d'integration et d'insertion" les place dans une problematique qui ne les concernent pas et participe de l'amalgame et de la confusion entre immigré et demandeur d'asile. De ce fait, l'administration ne les aborde pas comme des gens nécessitant une protection mais comme des gens ayant des difficultés d'insertion et d'intégration ! De plus, une fois qu'un demandeur d'asile obtient le statut de réfugiés, il n'a plus vocation à rester en CADA mais au contraire à être autonome dans la société.

    Contrairement à ce que dit M.HORTEFEUX, la procédure ne dure pas pres de deux ans ! mais de 3 à 6 mois entre le moment de la depose du dossier et la decision de l'OFPRA. Les lois successives et les actions antérieures de son Mentor, M.SARKOZY, ont multiplié les procédures prioritaires, élargi la notion de pays sûr, complexifié la demande d'asile pour faciliter les rejets, expédier les demandes et créer une politique de dissuasion au lieu d'une politique de dignite. Mr HORTEFEUX noircie le tableau volontairement pour légitimer les futures atteintes au droit d'asile déjà réduit à peau de chagrin !

    Il parle de mettre en place le retour volontaire apres avoir parle des demandeurs d'asile... Ceci demontre soit son incompetence en matiere de droit d'asile car comment parler de retour volontaire a quelqu un qui craint pour son integrite et sa securite dans son pays ? soit la suspicion généralisée à l'endroit des étrangers et des demandeurs d asile en particulier.

    Nous vous conseillons le livre "Droit d'asile : Au NON de quoi ?!"
    le site et le rapport du CFDA
    le site et le rapport de l'ANAFE
    le site et le rapport de la CIMADE
    le site de l'UNAFO


  • sur CAUCAZ

    Par Renaud FRANCOIS, d'après Messenger.com.ge

    Tbilissi, 18 mai 2007 - La délégation du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) en Géorgie se déclare dans l'incapacité de trouver une solution durable au problème des réfugiés tchétchènes.
    D'après ses officiels, l'installation durable des réfugiés dans un pays d'accueil constitue une solution limitée qui ne peut s'appliquer que sous certaines conditions. Il faut, d'une part, que ces réfugiés correspondent aux critères déterminés pour l'obtention du statut de réfugié individuel et que, d'autre part, ils remplissent les conditions édictées par les pays d'accueil eux-mêmes. 

    L'ARTICLE 





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique