• RESF dénonce l'arrestation d'une vingtaine de sans-papiers à Aubervilliers

    LEMONDE.FR | 18.04.07 | 16h49  •  Mis à jour le 18.04.07 | 20h49

    Le Réseau éducation sans frontières (RESF) a dénoncé, mercredi 18 avril, l'intervention de la police dans un atelier de confection clandestin d'Aubervilliers, lundi. "Vers 15 heures, plusieurs dizaines de gendarmes arrivés dans une armada de fourgons sont intervenus de façon extrêmement brutale : portes défoncées, hurlements, cavalcades", dénonce le texte. "Il ont poursuivi des gens dans la rue, les ont menottés devant le centre de loisirs, devant les enfants", s'exclame Liliane Balu, élue communiste d'Aubervilliers.

    "Ils ont tout cassé, les portes de l'atelier, des appartements, tout était défoncé", raconte Brigitte Wiesler, militante de RESF, qui s'est rendue sur les lieux après l'intervention de la police. Au moins 21 sans-papiers chinois, pour la plupart des femmes, ont été arrêtés, dont plusieurs mineurs emmenés en centre de rétention avec leur famille. "Plusieurs des personnes arrêtées ont des enfants scolarisés à Paris et à Aubervilliers, ajoute Brigitte Wiesler, deux mineurs de 10 ans et 1 an ont été envoyés en centre de rétention."

    RESF dénonce "le mélange des genres". Pour Brigitte Wiesler, "qu'on lutte contre le travail clandestin, très bien ! Mais là, il s'agit d'un alibi pour rafler des sans-papiers".

    MORT D'UN ENFANT DE 2 MOIS

    L'autopsie réalisée mercredi soir sur un nourrisson retrouvé inanimé par ses parents dans un appartement mitoyen des ateliers clandestins et décédé à l'hôpital a conclu à "une mort subite du nourrisson", a appris l'AFP auprès d'une source judiciaire.