• M. DALLO SARRA VICTIME DE TROIS TENTATIVES D'EXPULSION !

    M. Diallo Sarra, d'origine malienne,vit depuis 18 ans en France.

    Son épouse l'a rejoint en 2000, et quatre enfants sont nés ici. Les deux ainés, Diamana et Kinkinié sont scolarisés à la maternelle "Petit Gibus" de Guyancourt (78).

    M. Diallo et les siens vivent un véritable cauchemar depuis le 30 janvier dernier, date de l'interpellation de M. Diallo sur son lieu de travail ( c'est la préfecture du Val d'Oise qui a pris l'arrêté de placement). Il est depuis le 31 janvier au centre de rétention du Mesnil-Amelot.

    Comment accepter que M Diallo, entré régulièrement dans notre pays en 1988, qui a toujours souhaité s'y intégrer, comme en témoignent les nombreuses demandes qu' il a engagées pour être régularisé., soit ainsi brutalement séparé des siens ?

     

    SUITE de l'ARTICLE

     

    et sur HNS 

     


  •  vu dans l express de mauritanie

     Le Pen tente de séduire l'électorat issu de l'immigration

    Depuis son appel aux “Français d'origine étrangère” à Valmy à l'automne dernier, Jean-Marie Le Pen tente d'élargir son audience dans les quartiers populaires et de séduire l'électorat issu de l'immigration.

    Le président du Front national (FN), qui se présente de longue date comme le tribun des humbles, se gausse de voir aujourd'hui les autres candidats, de Nicolas Sarkozy à Ségolène Royal, reprendre nombre de ses thèmes. Et drague aujourd'hui sans complexe la communauté musulmane. Même si, dans son programme, l'immigration reste la cause principale des problèmes de la France, il promet aux descendants d'immigrés la “préférence nationale”.

    LA SUITE de L'ARTICLE 


  • Liens sur RESF

     SOUTIEN FAMILLE RABA

    Film disponible: l'interview de Shpresa Raba filmée par Pierre
    Corman (36 mn), visible en ligne et téléchargeable sur le site de
    Zalea (Cliquer sur Vidéos Format Flash ) :
    http://www.zalea.<wbr>org/spip.<wbr>php?article1113. 

     

     




  •  Un Marocain sans-papiers de 42 ans, expulsé en février 2006, a finalement pu rentrer en France dimanche grâce à un visa de court séjour afin qu'il régularise sa situation.


    Saïd Aguili est arrivé dimanche en début d'après-midi à Sète (Sud de la France), où il a été accueilli par un comité de soutien d'une centaine de personnes.

    Selon le responsable du Service oecuménique d'entraide (Cimade) à Montpellier et membre du comité de soutien, Nicolas Ferran, la décision du ministère des Affaires étrangères d'accorder un visa à un sans-papiers expulsé est extrêmement rare.

    M. Aguili avait été arrêté le 31 janvier 2006 à la suite d'un contrôle d'identité et expulsé sept jours plus tard.

    Il vivait depuis 2000 à Montpellier, où il était arrivé en possession d'un visa étudiant. L'année suivante, il avait épousé une jeune française, dont il est aujourd'hui séparé, et obtenu un titre de séjour d'un an. Mais la préfecture de l'Hérault avait refusé de le lui renouveler en 2004.

    Dix mois après son arrivée au Maroc, en décembre 2006, la cour administrative d'appel de Marseille a cassé la décision du tribunal administratif de Montpellier autorisant sa reconduite à la frontière, jugeant qu'elle allait à l'encontre de "son droit au respect de la vie privée et familiale".

    Le Conseil d'Etat devait statuer le 16 février sur ce cas, mais le ministère des Affaires étrangères a pris les devants, réclamant le 13 février que son consulat à Rabat accorde un visa à M. Aguili.

     

    http://www.liberation.fr/actualite/societe/237366.FR.php 

     

    http://www.aujourdhui.ma/couverture-details52599.html