• Pas de papiers, pas de santé ?

    LeMonde

    Il est naturel de vouloir bénéficier du meilleur état de santé et des meilleurs soins possibles. A cette fin Mme X., qui vit en Angleterre, s'est fait poser une prothèse de hanche à Valence en Espagne : compétence du chirurgien, qualité de l'accueil, rapidité des soins, coûts nettement inférieurs à ceux d'une clinique privée à Londres... Elle en est enchantée. Ce n'est qu'un exemple du tourisme médical intra européen qui se développe depuis plusieurs années.

    <script language="JavaScript">if (provenance_elt !=-1) {OAS_AD('x40')} else {OAS_AD('Middle')}</script>

    Rien à voir a priori avec la santé des personnes qui, rejoignant l'Europe pour fuir conflits, oppression et pauvreté des pays du Sud, se retrouvent ici sans ressources et sans soins. Et pourtant, dès lors que nous demandons une couverture maladie effectivement universelle, qui permettrait aux migrants les plus pauvres un accès aux soins de qualité, se dresse le spectre d'un "tourisme médical mondial, payé par le contribuable européen".

    l'ARTICLE 

     


    Tags Tags : , , ,