• Migrants: la lettre de Calais

    http://contrejournal.blogs.liberation.fr/mon_weblog/2008/09/migrants-la-let.html «L'auteur de ce méfait doit d'être retrouvé et jugé, mais aussi les responsables qui font de ce coin de France une annexe de l'enfer.» Révolté et désespéré par l'agression subie par une journaliste près de Calais, Temesghen, un jeune érythréen vivant dans les environs, s'est confié au réalisateur Sylvain George. Temesghen B. «Je vous écris d'un coin de l'enfer, battu par les vents et les mers, et les cris des mouettes qui se déchirent à travers les gouttes de pluie - à moins qu'ils ne s'agissent d'oiseaux de nuit, volant toujours plus haut, aux brumes et lisières, et qui pourtant ne cessent de se perdre. Je vous écris d'une ville de fuites, où j'erre et me terre, car devant toujours partir, toujours là, dans une course éperdue, jusqu'à bout de souffle.