• Méfiance et inquiétudes dans le monde sur les réfugiés

    sur LE POINT

    Le Haut Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR), qui célèbre mercredi la Journée mondiale des réfugiés, juge que le climat politique général sur cette question ne cesse déjà de se détériorer. "Auparavant, (les réfugiés) étaient accueillis comme des personnes fuyant des persécutions, mais cela a changé - assurément depuis le 11-Septembre, mais même avant cela", rappelle William Spindler, porte-parole du HCR à Genève. "Xénophobie et intolérance en hausse, manipulation politique par des populistes qui mélangent les problèmes - l'ensemble du débat sur l'asile et les migrations a été brouillé", ajoute-t-il. Des Africains fuyant des menaces dans leurs pays et d'autres rêvant simplement d'une vie meilleure en Europe s'échouent parfois ensemble sur une plage en Espagne mais une distinction doit être maintenue, selon William Spindler, afin de garantir une protection efficace à ceux qui en ont besoin. Quelles que soient leurs motivations, les migrants ont droit à un traitement digne et humain, insiste-t-il. "Nous avons vu en Méditerranée des personnes dans des bateaux ou s'agrippant pendant des jours à des filets de pêche pendant que des pays se rejetaient la responsabilité de leur porter secours", s'indigne le porte-parole du HCR.

    L'ARTICLE