• Malte, l'île des immigrants perdus

    sur Le MONDE

    [...]Malte demande qu'à l'avenir les nouveaux arrivants soient répartis dans les pays de l'Union européenne. Fin mai, à plusieurs reprises, les autorités maltaises ont refusé le débarquement sur l'île de migrants coincés sur des filets à thons dans les eaux libyennes et repêchés par des bateaux étrangers. L'opinion publique internationale a dénoncé cette "non-assistance à personne en danger". Elle ne savait sans doute pas qu'à Malte, dès leur arrivée, les clandestins sont envoyés - jusqu'à dix-huit mois parfois - dans des camps aux conditions sordides dénoncées par toutes les organisations non gouvernementales (ONG). Tous sont ensuite placés dans des centres dits "ouverts", où les perspectives d'intégration sont extrêmement incertaines.[...]

    L'ARTICLE