• Les suicides de clandestins ne sont pas suffisamment médiatiques

    sur ACRIMED

    En concentrant les attentions sur des événements secondaires ou spectaculaires, les faits-divers font diversion et cultivent le consensus fondé sur l'émotion. Généralement... Il est, en effet, des questions sociales qui peuvent être éclairée par les faits-divers. Mais encore faut-il que leur traitement ne soit pas désinvolte... Ainsi, certains suicides (faits-divers privilégiés par les médias) semblent avoir plus de valeur journalistique -ou/et politique ?- que d'autres. Deux exemples récents permettent de toucher du doigt ce qui peut leur conférer, ou non, une valeur médiatique.
    Qui peut ignorer qu'un accusé s'est suicidé par balle en Cour d'Assises à Laon dans la nuit du 13 au 14 juin 2007 tant cela a été martelé par l'ensemble des médias ?