• Les étrangers résidant en Italie seront dotés d’un permis de séjour à points

    http://www.24heures.ch/actu/monde/etrangers-residant-italie-dotes-permis-sejour-points-2010-02-09

    Les étrangers résidant en Italie seront dotés d’un permis de séjour à points

    IMMIGRATION | Le ministre de l’Intérieur, Roberto Maroni, veut soumettre les immigrés à de nouvelles épreuves.


    YANNICK VAN DER SCHUEREN | 10.02.2010 | 00:01

    Bonne conduite exigée. Telle sera la devise imposée dès le mois prochain aux étrangers non ressortissants de l’Union européenne résidant en Italie de manière régulière. Ainsi en a décidé le ministre de l’Intérieur, Roberto Maroni, issu du parti populiste et xénophobe de la Ligue du Nord.

    Le principe du permis de séjour à points a été adopté avec le «paquet sécurité», voté en juin 2009 par le Parlement. Restait à le mettre en application. Ce sera chose faite dans les jours qui viennent, a annoncé Roberto Maroni. Basé sur le modèle du permis de conduire français, le permis de séjour à points intègre les dispositions déjà en vigueur pour les étrangers. A savoir être en possession d’un logement et d’un contrat de travail. A cela s’ajouteront désormais quelques conditions supplémentaires. Le demandeur devra parler l’italien, connaître les lois du pays, s’inscrire à la Sécurité sociale, payer ses impôts et scolariser ses enfants.

    Bonus-malus
    Le principe est simple. Vous parlez italien? Assez bien, 3 points. Pas du tout, 0 point. Connaissez-vous l’article 332 de la Constitution? Non? Recalé. Votre enfant double sa troisième année? Moins 4 points.

    En vertu de cette législation, dont le gouvernement affirme qu’elle fixe des «critères objectifs», les candidats auront deux ans pour accumuler 30 points, condition sine qua non pour le renouvellement du permis de séjour.

    Expulsion et répression
    En cas d’échec, une année supplémentaire sera octroyée aux bonnets d’âne faisant preuve de bonne volonté. Quant aux cancres irrécupérables, ils seront expulsés. Et ce n’est pas tout: ce dispositif prévoit aussi un volet répressif. Chaque infraction ou délit entraînera un sévère malus. Dernier détail, tout immigré dès l’âge de 16 ans sera soumis à ce test. Pour Roberto Maroni, ce système va permettre de «garantir l’intégration». Pour l’opposition en revanche, il s’agit d’une «tentative de créer des obstacles supplémentaires aux étrangers».

    Reste que l’idée pourrait faire école en France. Lundi, à l’issue du séminaire gouvernemental censé clôturer le débat sur l’identité nationale, le premier ministre, François Fillon, a annoncé une «première série de mesures». Parmi lesquelles… la création d’une «autorisation de séjour à points» devant rendre plus efficaces les sanctions portant sur le non-respect des lois et des valeurs de la République.


    Tags Tags : , , , ,