• Les demandeurs d'emploi étrangers vont bénéficier d'un suivi personnalisé

    http://www.lesechos.fr/info/france/020547416436-les-demandeurs-d-emploi-etrangers-vont-beneficier-d-un-suivi-personnalise.htm

     

    L'emploi est le premier facteur d'intégration pour les étrangers. Or près de 30 % des immigrés sont au chômage. Pour remédier à cette situation, rappelée par le ministre de l'Immigration, Pôle emploi et l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii) ont signé, hier, une convention qui vise à mettre en place un suivi personnalisé des demandeurs d'emploi qui ne sont pas originaires de l'Union européenne. Depuis le 1 er janvier 2007, les étrangers arrivant pour la première fois en France signent avec l'Etat un contrat d'accueil et d'intégration qui leur permet notamment de bénéficier d'un bilan de compétences. L'an passé, plus de 100.000 personnes ont signé un tel contrat et 55.000 se sont vu prescrire un bilan de compétences. Si 21 % des bénéficiaires de ce dispositif se sont révélés directement « employables », selon les chiffres de l'Ofii, 26 % ont besoin d'une formation, notamment pour améliorer leur niveau en langue française.

    Améliorer le suivi statistique

    Trois mois après leur bilan de compétences, 21 % des bénéficiaires déclarent avoir décroché un emploi, en grande partie dans le secteur des services à la personne et dans le BTP. Parmi eux, la moitié ont obtenu un CDD, 30 % un CDI et 18 % sont en intérim. Des chiffres encourageants mais que le ministère souhaite améliorer avec l'aide de Pôle emploi.

    La convention signée hier prévoit ainsi la mise en place d'un « référentiel partagé des qualifications professionnelles acquises dans le pays d'origine » et une meilleure identification des offres d'emploi non satisfaites qui peuvent être proposées à des professionnels étrangers. En outre, le suivi statistique du parcours d'accès à l'emploi des étrangers devrait être amélioré par une mise en commun des fichiers de l'Ofii et de Pôle emploi. L'adaptation nécessaire des systèmes d'information des deux opérateurs ne permet toutefois pas d'espérer une mise en oeuvre avant 2011.

    La signature de cette convention intervient au moment même où le ministère tente de résoudre un autre sujet épineux, celui des travailleurs sans papiers. Alors qu'une réunion s'est tenue la semaine dernière avec les syndicats, le ministère du Travail et celui de l'Immigration, Eric Besson a rappelé hier son opposition à toute évolution des critères de régularisation fixés par la circulaire du 24 novembre 2009 : « Il est hors de question de rouvrir des négociations sur le sujet. La circulaire est assez généreuse et pragmatique. » Le ministre a en outre précisé que le projet de loi qu'il a présenté en Conseil des ministres le mois dernier, prévoyant des sanctions alourdies pour les entreprises employant des salariés sans titre de séjour, serait discuté à partir de septembre par les parlementaires.

    MARIE BELLAN, Les Echos