• La pénalisation du travail social n’est pas acceptable !

    sur FTA

    En somme, le travail social réalisé à cet endroit est un pis allé à la définition cohérente d'une politique publique d'accueil et de protection, voire, si l'on épouse ce point de vue, de sécurité publique. Mais nous l'assumons.
    Ainsi, quelques milliers de personnes ont transité par cette place depuis l'hiver dernier. Elles ont passé des dizaines de frontières, séjourné pour certaines d'entre elles dans les madrasas au Pakistan ou ailleurs, servi d'interprètes aux forces françaises stationnées en Afghanistan, été interpellées par la plupart des polices d'Europe, ont parfois été détenues dans les prisons européennes, iraniennes, turques. La plupart vivent dans des conditions inhumaines d'expédients divers. Sans autorisation de séjour, sans droits. Et cela dure, et rien ne change.


    C'est dans ce contexte que le Parquet de Boulogne-sur-Mer a décidé, le lundi 19 novembre 2007, d'interpeller, au petit matin à Paris, deux de nos intervenantes sociales. Comme dans les fictions, pour juguler le crime, il fallait bien une arrestation à domicile, une perquisition et un transfert menotté vers Calais.

    L'ARTICLE 

    La PETITION