• La migration internationale peut venir à bout des inégalités, selon un expert

    http://www.aps.sn/aps.php?page=articles&id_article=62129

     

    La migration internationale peut venir à bout des inégalités, selon un expert

    18/11/2009 18:36 GMT

    Dakar, 18 nov (APS) – Le changement social induit par la migration internationale peut contribuer à la lutte contre les inégalités sociales, a soutenu, mercredi à Dakar, le professeur Mouhamadou Guélaye Sall, directeur de l’Institut de population, développement et santé de la reproduction (IPDSR).

    ‘’Le changement social induit par la migration internationale constitue une piste sérieuse pour la lutte contre les inégalités et l’inertie est un moyen de renforcer la citoyenneté et l’engagement politique’’, a-t-il déclaré à l’ouverture d’un symposium consacré aux migrations.

    D’une durée de deux jours, la rencontre est organisée par l’Institut de population, développement et santé de la reproduction (IPDSR), sur le thème : ‘’Migration et mondialisation : enjeux et défis futurs’’.

    ‘’Les mouvements migratoires posent des difficultés aux gouvernements du Sud et du Nord, des défis à la fois politiques, économiques, sociaux, culturels et sanitaires qu’il faut relever pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD)’’, a-t-il dit.

    Selon le professeur Guélaye Sall, ‘’les interrelations entre la migration et le développement économique et social sont révélatrices de changements dans divers domaines (institutionnels et politiques, démographiques et sociales, recompositions territoriales et culturelles, conséquences en matière de santé, questions juridiques et de droits humains)’’.

    C’est pourquoi, a-t-il expliqué, ‘’l’IPDSR a convié des experts à travers l’Afrique et le monde, à un débat prospectif, en vue d’un travail d’analyse pour mettre à jour les principaux défis et anticiper leurs effets’’. ‘’Les conclusions de nos travaux aideront certainement à éclairer notre vision pour une nouvelle approche de la migration’’, a indiqué M. Sall.

    ‘’Au moment ou les nouvelles technologies de l’information et de la communication réduisent les distances qui séparent les pays, les replis identitaires et les nombreuses formes de rejet de l’autre se multiplient, montrant ainsi que les hommes échouent à trouver un langage commun’’, a noté pour sa part Ramatoulaye Diagne Mbengue.

    Pour la directrice de l’Ecole doctorale ‘’Etudes sur l’homme et la société’’ (ETHOS) de l’université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, ‘’la mondialisation inspire plus de crainte que d’espoir, elle apparaît tantôt comme le mouvement par lequel nous envahit ce qu’il y a de pire chez l’autre, tantôt comme une machine impitoyable qui affaiblira les faibles et rendra les forts toujours plus fort’’.

    ‘’Migrations ne riment pas toujours avec enrichissement et ouverture’’ mais le plus souvent avec ‘’délinquance, marginalité et précarité’’, a rappelé Ramatoulaye Diagne Mbengue.



    MSA/BK