• La mairie de Montpellier traque-t-elle les sans-papiers?

    RUE 89

    Mardi après-midi, Elif, jeune femme de nationalité française, se rend au guichet de la mairie en compagnie de son ami Evren, un Turc d'origine kurde dont la demande de titre de séjour est en cours d'examen à la préfecture. Aux yeux de la loi, il est donc en situation irrégulière. Ce que ne manque pas de constater l'employée de l'état civil.

    "Elle nous a alors dit que depuis quelques temps, ils (la mairie, ndlr) étaient obligés de prévenir le procureur de la République si un des futurs conjoints était en situation irrégulière. Elle s'est ensuite absentée pendant quelques minutes", relate Elif.

    Quand l'employée revient, elle annonce aux deux jeunes gens que leur dossier est accepté. Mais elle semble visiblement embarrassée et finit par leur confier:

    "C'est la préfecture qui nous demande de prévenir le procureur. Depuis quelques temps, surtout depuis quinze jours, nous avons une pression énorme. Je ne devrais pas vous le dire mais vous êtes en plein dedans. On nous demande même de prévenir la PAF (Police aux Frontières, ndlr)".

     L'ARTICLE