• Clandestins: l'UE envisage des charters européens

     

    Agrandir la taille du texte
    Diminuer la taille du texte
    Imprimer cet article
    Les dirigeants européens envisagent de demander vendredi la création de vols charters financés par l'UE pour l'expulsion des migrants en situation irrégulière, mais la Commission européenne et certains pays se montrent encore très réservés.

    La proposition est inscrite dans un projet de texte final du sommet des dirigeants européens qui s'est ouvert jeudi à Bruxelles et s'achèvera vendredi.

    <script>if (provenance_elt !=-1) {OAS_AD('x40')} else {OAS_AD('Middle')}</script> <script id="extFlashMiddle1" src="http://a1692.g.akamai.net/n/1692/2042/1077898746/pubs.lemonde.fr/RealMedia/ads/Creatives/TFSMflashobject.js" type="text/javascript"></script> <script><!-- // -- SETUP -- var oas_filenameMiddle = "ban_300x250.swf"; var oas_gifnameMiddle = "image.gif"; //Largeur et hauteur var oas_widthMiddle = 300; var oas_heightMiddle = 250; //Wmode du flash var oas_wmodeMiddle = "transparent"; //Couleur de fond de la crea publicitaire var oas_bgMiddle = "transparent"; //Orthographe du clicktag var oas_clickTagMiddle = "clicktag"; //Longueur de la mention pub (0 pour supprimer) var oas_mentionMiddle = oas_widthMiddle; //Pixel de comptage (uniquement une balise IMG) var oas_pixelMiddle = ""; // -- AFFICHAGE -- OASd = document; if (oas_widthMiddle == "1000") {OASd.write("<style stype='text/css'>.AdvertMiddle, .banner728, .pub-top1 {background-color: transparent;}</style>");} else if (oas_widthMiddle == "300") {OASd.write("<style stype='text/css'>.AdvertMiddle {margin-bottom: 20px;}</style>");} if (oas_mentionMiddle && oas_mentionMiddle != 0) {OASd.write("<div style='line-height: 10px !important;'><a href='http://www.mondepub.fr/internet.php' target='_blank'><img src='http://a1692.g.akamai.net/n/1692/2042/1077898746/pubs.lemonde.fr/RealMedia/ads/Creatives/OasDefault/publicite/pub"+oas_mentionMiddle+"t.gif' border='0' /></a></div>");} OASd.write("<div style='z-index: 1; background-color: "+oas_bgMiddle+"; width: "+oas_widthMiddle+"px; height: "+oas_heightMiddle+"px; margin: 0px auto;'>"); if(OASd.body) OASd.write("<html><body>"); var plug = false; var flashVersion = -1; var minFlashVersion = 9; if(navigator.plugins != null && navigator.plugins.length > 0){flashVersion =(navigator.plugins["Shockwave Flash 2.0"] || navigator.plugins["Shockwave Flash"]) ? navigator.plugins["Shockwave Flash" +(navigator.plugins["Shockwave Flash 2.0"] ? " 2.0" : "")].description.split(" ")[2].split(".")[0] : -1; plug = flashVersion >= minFlashVersion;} else if(navigator.userAgent.toLowerCase().indexOf("webtv/2.6") != -1){flashVersion = 4;plug = flashVersion >= minFlashVersion;} else if(navigator.userAgent.toLowerCase().indexOf("webtv/2.5") != -1){flashVersion = 3;plug = flashVersion >= minFlashVersion;} else if(navigator.userAgent.toLowerCase().indexOf("webtv") != -1){flashVersion = 2;plug = flashVersion >= minFlashVersion;} else if((navigator.appVersion.indexOf("MSIE") != -1) &&(navigator.appVersion.toLowerCase().indexOf("win") != -1) &&(navigator.userAgent.indexOf("Opera") == -1)){ var oasobj; var exc; try{oasobj = new ActiveXObject("ShockwaveFlash.ShockwaveFlash.7"); flashVersion = oasobj.GetVariable("$version");} catch(exc){ try{oasobj = new ActiveXObject("ShockwaveFlash.ShockwaveFlash.6"); version = "WIN 6,0,21,0"; oasobj.AllowScriptAccess = "always"; flashVersion = oasobj.GetVariable("$version");} catch(exc){ try{oasobj = new ActiveXObject("ShockwaveFlash.ShockwaveFlash.3"); flashVersion = oasobj.GetVariable("$version");} catch(exc){ try{oasobj = new ActiveXObject("ShockwaveFlash.ShockwaveFlash.3"); flashVersion = "WIN 3,0,18,0";} catch(exc){ try{oasobj = new ActiveXObject("ShockwaveFlash.ShockwaveFlash"); flashVersion = "WIN 2,0,0,11";} catch(exc){flashVersion = -1;} } } } } plug =(flashVersion != -1)? flashVersion.split(" ")[1].split(",")[0] >= minFlashVersion : false;} if(plug) { OASd.write("<div id=\"FinContentMiddle1\"></div>"); function loadFlashMiddle1(){ if(navigator.userAgent.indexOf("MSIE") != -1 && navigator.userAgent.indexOf("Opera") == -1){ if (extFlashMiddle1.readyState == "complete") { FlashObject("http://a1692.g.akamai.net/n/1692/2042/1077898746/pubs.lemonde.fr/RealMedia/ads/Creatives/OasDefault/z_mia_jeuconcoursLeMonde_350/"+oas_filenameMiddle+"?"+oas_clickTagMiddle+"=http://pubs.lemonde.fr/5c/DEPECHES-LEMONDE/articles_depeches/exclu/1022368256/Middle/OasDefault/z_mia_jeuconcoursLeMonde_350/z_mia_jeuconcoursLeMonde_1000.html/34663536356631613461656235333230?", "OAS_AD_Middle", "width="+oas_widthMiddle+" height="+oas_heightMiddle+"", ""+oas_wmodeMiddle+"", "clsid:D27CDB6E-AE6D-11cf-96B8-444553540000" ,"9", "FinContentMiddle1"); extFlashMiddle1.onreadystatechange = ""; } extFlashMiddle1.onreadystatechange = loadFlashMiddle1; } else { OASfp=" Menu=FALSE swModifyReport=TRUE width="+oas_widthMiddle+" height="+oas_heightMiddle+""; OASd.write("<object id=\"techsource_Middle\" classid=\"clsid:D27CDB6E-AE6D-11cf-96B8-444553540000\" codebase=\"http://download.macromedia.com/pub/shockwave/cabs/flash/swflash.cab#version=9,0,0,0\""+OASfp+">"); OASd.write("<param name=src value=\"http://a1692.g.akamai.net/n/1692/2042/1077898746/pubs.lemonde.fr/RealMedia/ads/Creatives/OasDefault/z_mia_jeuconcoursLeMonde_350/"+oas_filenameMiddle+"\"><param name=allowScriptAccess value=always><param name=quality value=autohigh><param name=loop value=true><param name=play value=true><param name=menu value=false><param name=wmode value="+oas_wmodeMiddle+"><param name=FlashVars value=\""+oas_clickTagMiddle+"=http://pubs.lemonde.fr/5c/DEPECHES-LEMONDE/articles_depeches/exclu/1022368256/Middle/OasDefault/z_mia_jeuconcoursLeMonde_350/z_mia_jeuconcoursLeMonde_1000.html/34663536356631613461656235333230?\">"); OASd.write("<embed src=\"http://a1692.g.akamai.net/n/1692/2042/1077898746/pubs.lemonde.fr/RealMedia/ads/Creatives/OasDefault/z_mia_jeuconcoursLeMonde_350/"+oas_filenameMiddle+"\""+OASfp+"pluginspage=\"http://www.macromedia.com/shockwave\" type=\"application/x-shockwave-flash\" width="+oas_widthMiddle+" height="+oas_heightMiddle+" PLAY=true LOOP=true QUALITY=autohigh wmode="+oas_wmodeMiddle+" FlashVars=\""+oas_clickTagMiddle+"=http://pubs.lemonde.fr/5c/DEPECHES-LEMONDE/articles_depeches/exclu/1022368256/Middle/OasDefault/z_mia_jeuconcoursLeMonde_350/z_mia_jeuconcoursLeMonde_1000.html/34663536356631613461656235333230?\" allowScriptAccess=always>"); OASd.write("</embed></object>"); } } loadFlashMiddle1(); } else { OASd.write("<a href=\"http://pubs.lemonde.fr/5c/DEPECHES-LEMONDE/articles_depeches/exclu/1022368256/Middle/OasDefault/z_mia_jeuconcoursLeMonde_350/z_mia_jeuconcoursLeMonde_1000.html/34663536356631613461656235333230?\" target=\"_blank\"><img src=\"http://a1692.g.akamai.net/n/1692/2042/1077898746/pubs.lemonde.fr/RealMedia/ads/Creatives/OasDefault/z_mia_jeuconcoursLeMonde_350/"+oas_gifnameMiddle+"\" width="+oas_widthMiddle+" height="+oas_heightMiddle+" border=0 alt=\"Cliquez-ici\"></a>"); } if(oas_pixelMiddle) OASd.write("<div style='display: none; visibility: hidden;'>"+oas_pixelMiddle+"</div>"); //Pixel de comptage if(OASd.body) OASd.write("</body></html>"); OASd.write("</div>"); //--> </script> .AdvertMiddle {margin-bottom: 20px;}

    Le document demande "l'examen de la possibilité de vols charters réguliers financés par Frontex", l'agence européenne chargée de la sécurité des frontières externes de l'UE, ou de "vols communs".

    Ce texte doit toutefois encore faire l'objet de discussions car la formulation générale du passage consacré à l'immigration est jugée "trop répressive" par plusieurs délégations et devrait être "retouchée", a indiqué un diplomate.

    "La formulation ne passera pas comme ça", a confié ce diplomate sous couvert de l'anonymat.

    La proposition de charters européens est directement inspirée par une demande française, soutenue par l'Italie. La France et la Grande Bretagne ont organisé un vol conjoint à la mi-octobre pour emmener à Kaboul 3 Afghans renvoyés de France et 24 expulsés de Grande-Bretagne.

    Et le ministre français de l'Immigration Eric Besson a dit récemment souhaiter la mise en place de vols conjoints "sous bannière européenne" pour le retour forcé de migrants dans leurs pays d'origine.

    Le vice-président de la Commission Jacques Barrot, chargé des questions d'immigration, a également mis en garde contre le "tout sécuritaire" dans un entretien accordé au quotidien français La Croix à paraître vendredi.

    "Les États doivent trouver le point d'équilibre entre la part sécuritaire et la part d'humanité", a-t-il expliqué.

    M. Barrot avait déjà réagi après l'organisation du vol commun franco-britannique, en soulignant que "le retour forcé de migrants de nationalité afghane dans leur pays doit respecter trois conditions strictes".

    "Les autorités nationales doivent s'assurer au préalable que les migrants concernés ne souhaitent pas demander une protection internationale" et "si une demande de protection internationale a été faite, les autorités nationales doivent s'assurer que cette demande a fait l'objet d'une instruction rigoureuse aboutissant à son rejet", avait-il ajouté.

    "De plus, il est impératif que les autorités nationales s'assurent que la vie des migrants irréguliers reconduits ne soit pas mise en danger une fois de retour en Afghanistan", avait-il insisté.

     

    http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-40766141@7-60,0.html



  • Le vote des immigrés en Espagne

    [ 30/10/09  ] <script src="http://commentaires.lesechos.fr/onglet2.php?id=020196080482"></script>

    L'Espagne se prépare à un changement important : le vote des immigrés aux élections locales. La Chambre des députés commence cette semaine à approuver une dizaine de conventions de réciprocité avec différents pays d'émigration. Ce qui, indique « El Mundo », devrait permettre à 650.000 immigrés de participer aux municipales de 2011. Madrid a décidé de donner le droit de vote aux immigrés, résidant en Espagne depuis au moins cinq ans sans interruption, pour les élections municipales à condition que leur pays d'origine applique la réciprocité pour les ressortissants espagnols.  Depuis lors, le ministère des Affaires étrangères espagnol s'est efforcé de négocier des traités presque avec tous les pays. D'après le quotidien espagnol, les traités que devait ratifier à partir d'hier la Chambre basse, concernent avant tout des pays avec une forte présence d'immigrés en Espagne surtout d'Amérique latine (Equateur, Colombie, Chili, Pérou) mais aussi de Nouvelle-Zélande, et d'Islande. En revanche, des « questions techniques et juridiques » ont retardé la ratification avec l'Argentine et l'Uruguay. Avec ces deux seuls pays, le nombre d'électeurs aux municipales augmentera de 70.000. Cette arrivée soulève néannmoins un débat politique. Certains y voient une manoeuvre du PSOE au pouvoir de se renforcer dans de grandes villes comme Barcelone, Madrid, Valence. « Certes, aucune étude sociologique sérieuse ne permet de déterminer les choix électoraux des immigrés.  Mais il y a un sentiment général selon lequel ces nouveaux électeurs seront plus favorables à la gauche. »

     

    http://www.lesechos.fr/info/analyses/020196080482-le-vote-des-immigres-en-espagne.htm


  • le FIGARO

    La Commission européenne entend clarifier le tri des demandes de droit d'asile politique.

    L'Europe a une monnaie, un marché unique et un espace sans frontière de Marbella jusqu'à Tallinn. Elle s'apprête à choisir un seul visage pour sa présidence. Mais, sur la question des réfugiés, le beau miroir se brise en vingt-sept morceaux. Dix ans après les premières avancées vers une règle du jeu commune, les juristes parlent de la «loterie du droit d'asile» dans l'UE. L'ONU et son Haut-Commissariat dénoncent des disparités criantes.

    Les statistiques suffisent, à l'heure où l'Europe consacre fièrement l'asile dans l'article 18 de sa charte des droits fondamentaux. Un Tchétchène parvenu au cœur de l'Europe a 63 % de chances de décrocher le précieux statut en Autriche ; et rigoureusement aucune dans la Slovaquie voisine. Tous les espoirs sont permis à un Somalien débarqué à Malte, mais il ferait mieux d'éviter les côtes grecques. Et pour cause : les 400 000 Maltais ont accordé leur protection à 1 405 réfugiés l'an dernier, quand les 11 millions d'Hellènes n'ouvraient leur porte qu'à 375 d'entre eux.

     

    Préserver le pouvoir de décision des États

     

    Les naufrages de réfugiés en Méditerranée et de scandaleuses conditions de détention des clandestins ajoutent au malaise. L'explosion de l'immigration depuis dix ans et la panne de croissance nuisent à la sérénité du débat. Résultat : l'asile et sa gestion sont une tache noire sur l'image de l'UE. Sur 121 000 demandes de réinstallations soumises par le HCR de l'ONU en 2008, les Européens ont accepté 4 378 prises en charge, contre plus de 60 000 aux États-Unis.

    «Le demandeur d'asile risque de devenir le bouc émissaire de la crise», s'inquiète Jacques Barrot, responsable européen du dossier. Le vice-président sortant de la Commission veut changer la donne avant de tirer sa révérence. Il présente aujourd'hui deux directives qui aideront l'Europe à retrouver, dit-il, la dignité de sa tradition d'accueil. Si le Parlement l'accepte et si, obstacle plus difficile à surmonter, les Vingt-Sept en sont d'accord.

    Qui doit bénéficier du droit d'asile ? Il ne s'agit pas, pour l'UE, de s'emparer du pouvoir de chacun des vingt-sept États, qui garde seul le pouvoir de décision. Il ne s'agit pas non plus d'ouvrir plus grand les portes. Mais de débroussailler le maquis, de fixer un cap européen et de hâter les procédures. «L'efficacité est la clef, dit-on à la Commission. C'est dans l'à-peu-près, la cacophonie des textes et des délais d'instruction élastiques que se faufilent les passeurs et les trafiquants.»

    Le premier texte cherche à harmoniser le tri, en faveur des candidats à l'asile qui ont vraiment besoin d'une protection. À l'inverse, la crédibilité du système impose de renvoyer chez eux sans faillir ceux qui ne passent pas la rampe, et qui représentent plus de 70 % des dossiers instruits dans l'UE. Les ressortissants de pays réputés «sûrs», comme le Maroc, ne pourront plus se prévaloir du droit d'asile. Bruxelles introduit aussi une procédure qui conduit à l'expulsion accélérée dans six cas, dont la fausse déclaration d'identité.

     

    Accélérer les procédures

     

    La seconde directive instaure un cheminement unique dans l'examen des demandes, avec un délai maximum de réponse de six mois. Certains pays font déjà mieux, comme la France. D'autres, comme la Grèce, beaucoup moins bien. Le texte balise précisément le parcours : cela va du premier contact du demandeur d'asile avec la police jusqu'à la révision judiciaire des décisions prises.

    Le dernier chantier ouvert par Jacques Barrot vient compléter une construction à moitié achevée en matière d'asile et d'immigration. Le contre-exemple est le «partage du fardeau». Les pays de la façade méditerranéenne, en première ligne face aux clandestins d'Afrique et du Moyen-Orient, ont la charge d'instruire un tiers des demandes d'asile de l'UE. Mais la Grèce, l'Italie, l'Espagne ou Malte ne peuvent compter que sur une solidarité minimale de leurs voisins du Nord. Faute d'accord politique à vingt-sept, la règle qui impose au premier pays d'accueil d'instruire la demande d'asile reste à amender. Et, en urgence, seules la France, l'Italie et l'Espagne ont accepté d'accueillir chez eux ceux que Malte ne peut plus héberger. Entre les Vingt-Sept la méfiance reste de mise.


  • Le MONDE

    La Commission européenne va proposer mercredi aux 27 pays de l'Union européenne d'harmoniser leurs politiques en matière d'asile, alors que des disparités criantes existent actuellement d'un Etat à l'autre.

     

    Le but de cette initiative, présentée par le commissaire européen français Jacques Barrot, est de mettre en oeuvre une seule procédure d'asile au sein de l'Union afin de la rendre plus simple et plus équitable.

    Selon un document officiel obtenu par l'AFP, "les mesures envisagées visent à offrir un degré plus élevé de protection aux victimes de persécutions".

    "Dans le même temps, ajoute le document, les propositions devraient permettre d'améliorer la cohérence entre les instruments communautaires d'asile, de simplifier et de consolider les normes de fond et de procédure de protection dans toute l'Union, empêchant ainsi la fraude et améliorer l'efficacité du processus d'asile".

    Une des mesures importantes préconisées par la Commission est d'introduire un délai général de six mois pour achever les procédures d'asile en première instance. La proposition prévoit une période transitoire de trois ans pour permettre aux Etats de l'Union de s'adapter à ce délai.

    Parmi les autres propositions, il est envisagé de mieux prendre en compte la question du sexe de la personne présentant une demande d'asile et de clarifier les motifs de protection.

    "Ces précisions permettront aux autorités nationales d'identifier plus rapidement les personnes ayant besoin de protection et celles qui n'en ont pas besoin", affirme le document de la Commission.

    Le texte demande également une harmonisation européenne pour l'accès des réfugiés à la protection sociale, aux soins de santé et au marché du travail. La Commission voudrait également que les réfugiés puissent se voir reconnaître plus facilement leurs qualifications professionnelles.

    "Des informations utiles et des conseils devraient être mis à disposition des personnes qui souhaitent déposer une demande de protection internationale dès leur entrée sur le territoire" européen, suggère également la Commission qui souhaite que les garde-frontières et les policiers soient formés à cet effet.

    Malgré l'instauration de normes communes, des disparités considérables subsistent entre les différents Etats-membres de l'Union à propos du droit d'asile. Certains Etats donnent le statut de réfugié à la majorité des demandeurs alors que d'autres le donnent à moins de 1%.

    En dépit d'un espace commun de libre circulation propre à l'UE, "il y a encore des régimes nationaux d'asile qui sont complètement différents", ce qui augmente le "risque d'un asile à la carte", avait mis en garde récemment le Haut commissaire de l'ONU pour les réfugiés (HCR), Antonio Guterres.

    Selon le dispositif "Dublin II" en vigueur dans l'UE, les migrants sont tenus de demander l'asile dans le pays par lequel ils sont entrés.

    Cette disposition a conduit certains pays comme l'Espagne, l'Italie et la Grèce, qui sont, de part leur situation géographique, des portes d'entrées de l'immigration africaine, à être totalement débordés par les demandes.

    L'asile reste un des points noirs de la politique d'immigration de l'UE, considérée peu généreuse vis à vis des réfugiés. Sur 121.000 demandes de réinstallations soumises par le HCR en 2008, les Européens ont accepté de prendre en charge 4.378 d'entre elles, contre 60.000 pour les Etats-Unis, selon l'agence onusienne.





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique