• engagement #3 : le champ des forces. chronique cimade 63 du 3 avril 2015 pour RCF 63

    Le champ des forces

     

    Dans cette 3ème chronique sur l'engagement, je voudrais aborder le "comment ?". La première chronique a mis en évidence que l'engagement était basé sur une foi et une espérance. La deuxième chronique s'attardait sur cette foi et cette espérance traduite en une philosophie singulière de notre propre vision de l'Humain. La suite logique est donc de se questionner sur la façon dont l'engagement peut être efficace. 

     

    Imaginons notre monde humain comme un champ de force. Tous les individus, les entreprises, les institutions et toutes les organisations humaines diverses et variées exercent une force dans ce champ. Cette force, c'est l'influence de l'élément considéré sur le cours des choses, l'Histoire qui se construit à chaque instant. La résultante de toutes ces forces donne la direction vers laquelle évolue notre monde. Cette résultante peut être considrée globalement mais aussi régionalement ou localement.

    Toutes les forces ne sont pas égales. L'efficacité d'une force dépend de son poids; de sa direction ou orientation et de son intensité qui varie dans le temps.

    On comprend alors que l'engagement pour être efficace doit représenter une certaine masse critique. Mais ce n'est pas suffisant, il est aussi nécessaire de doser l'intensité de la force selon l'intensité des autres forces en présence, il y a des moments opportuns à appliquer sa force avec intensité quand les conditions sont favorables et qu'un champ des possibles s'ouvre. Il faut aussi choisir la bonne orientation suivant son poids et l'intensité qu'on est capable de mobiliser. Etre à contre-courant pourrait être plaisant à l'esprit mais assez peu efficient si on ne pèse pas assez lourd... Mieux vaut certainement cultiver ses utopies pour nourrir des forces capables de faire dévier la tendance majoritaire... L'orientation devra aussi être choisie de manière à pouvoir solliciter le plus de coopération possible pour avoir le plus de poids possibles, les forces pouvant s'ajouter. 

     

    Pour réussir son engagement, il faut donc connaître l'état des forces en présence, être conscient de son poids, choisir une orientation en conséquence, régler l'intensité de l'action sur le bon moment et chercher les coopérations possibles.

     

    Voilà, vous êtes prêts à vous engager ! Mais pour quelle cause ? Il y en a tellement qui pourrait découler de notre philosophie...