• Des quotas d'immigration et un ministère de l'Identité nationale

    LIBE

    C'est l'un des derniers spots de campagne de Nicolas Sarkozy. Tout entier consacré à ceux qui n'ont «rien à faire sur le territoire de la France», signe de l'importance qu'accorde le nouveau président de la République à la question de l'immigration. Qui sont ces indésirables ? Ceux qui traitent «la femme en inférieur de l'homme», qui la maintiennent prisonnière «à l'intérieur de sa propre famille», qui pratiquent «la polygamie»,  «l'excision», qui ne «veulent pas comprendre les valeurs qui sont les nôtres», qui ne «veulent pas apprendre le français». A travers cette mise en accusation violente et spectaculaire, Sarkozy vise les immigrants illégaux, mais également ceux qui veulent entrer légalement en France, notamment par le biais du regroupement familial. Tout au long de la campagne, Nicolas Sarkozy n'a cessé de le répéter, comme il l'a encore fait lors du débat du 2 mai avec Ségolène Royal : la France a le droit de choisir entre «qui est le bienvenu sur notre territoire et qui ne pas souhaiter».

    SUITE