• Définir une politique d'immigration juste

    vu sur LE MONDE ECONOMIE | 08.05.07 | 14h32

    C'est une certitude que viennent encore de rappeler les experts des Nations unies à l'occasion de la publication mi-mars d'un rapport intitulé "Migration de remplacement : solution pour les populations en déclin et vieillissantes ?" : les pays les plus développés du monde, dont la France, vont devoir faire appel massivement à l'immigration d'ici à 2050 pour faire tourner leur moteur économique.

    <script language="JavaScript">if (provenance_elt !=-1) {OAS_AD('x40')} else {OAS_AD('Middle')}</script>

    Certes, l'Hexagone n'est pas le pays le moins bien loti. Le bilan de santé de la démographie française a été bon en 2006, avec un excédent naturel (solde entre les naissances et les décès) proche de 300 000 personnes, un niveau inégalé depuis plus de trente ans. La population française compte aujourd'hui 63,4 millions de personnes, et l'Hexagone, avec un taux de deux enfants par femme, reste l'un des pays européens les plus féconds.

    Pour autant, comme l'expliquent François Héran et Gilles Pison, dans Population & Sociétés (mars 2007), le bulletin mensuel de l'Institut national d'études démographiques (INED), ces résultats ne dureront pas. "Le baby-boom ayant pris fin en 1974, le nombre de femmes en âge d'avoir des enfants diminuera légèrement avant de se stabiliser. (...) A l'inverse, à mesure que disparaîtront les générations de baby-boomers, le nombre de décès augmentera."

    SUITE