• sur ASH

    L'association France terre d'asile diffuse, depuis le lundi 25 juin, sur son site Internet : www.france-terre-asile.org, le deuxième numéro de son magazine audio en ligne, Quasimodo, consacré à l'asile et à l'immigration, et réalisé par la Maison des journalistes de Paris, qui accueille des reporters contraints de fuir leur pays.
    En 20 minutes et sept rubriques, ce programme hebdomadaire, prévu pour compter 25 numéros, propose à ses auditeurs de leur donner "les clefs du droit d'asile avec ceux qui ont réussi et ceux qui se battent encore chaque jour".
    Avec cette émission de radio, à écouter et/ou télécharger chaque lundi, France terre d'asile s'est donné pour première mission de diffuser "un outil de décryptage de l'information relative aux demandeurs d'asile et aux réfugiés statutaires", expliquait-elle, notamment, en ouverture du numéro 1, toujours en ligne sur son site.

    l'ARTICLE 


  • sur RUE 89

    "Où est le chef?" Même le secrétariat du nouveau ministre de l'Intérieur s'est posé la question en recevant une délégation du Réseau éducation sans frontières (RESF) le 18 juin. Une anecdote qui symbolise à elle seule le côté inclassable de ce qui ne se veut ni une association, ni une organisation, ni un syndicat et encore moins un parti.

    L'ARTICLE


  • sur BETAPOLITIQUE

    Nadia Khouri-Dagher, journaliste, d'origine libanaise, publie sur son site un ensemble de textes intitulés « L'APPRENTISSAGE : Petit abécédaire sur la double culture des migrants en France » qui sera prochainement édité. Dans une interview à Afrik.com, Nadia Khouri-Dagher précise sa démarche résolument « positive » : « ma devise, en journalisme, en écriture, comme dans la vie, est cette phrase du Dalaï-Lama : "Certains regardent la vase au fond de l'étang ; d'autres contemplent la fleur de lotus à la surface de l'eau ; il s'agit d'un choix". D'où mon regard positif sur l'intégration en France : si on veut bien prendre la peine de regarder la fleur, au lieu de la vase... »

    L'ARTICLE 


  • sur NOUVEL OBS

    Deux syndicats du personnel de la compagnie aérienne se sont joints à la demande du Réseau éducation sans frontières, après une nouvelle tentative "brutale" d'expulsion d'un Malien

    L'ARTICLE


  • sur SECOURS CATHOLIQUE

    «Même si je n'ai pas de démarche nouvelle à faire, je viens au moins une fois par semaine pour discuter, revoir tout le monde. Nous sommes devenus des amis. » Emrallahu, jeune Kosovar albanais de 24 ans, attablé avec cinq autres jeunes gens de son âge, raconte l'histoire de sa famille. En 1999, alors qu'il se trouvait en Macédoine pour fuir les bombardements, son père avait été évacué sur Paris pour un double pontage cardiaque par la Croix-Rouge. Sa mère et lui l'avaient accompagné pendant les trois mois de soins. Mais à leur retour, les difficultés de la situation d'après-guerre au Kosovo ont fini par avoir raison de la santé de sa mère, devenue elle aussi cardiaque. Ses parents ont donc décidé de demander l'asile médical à la France. Emrallahu les a suivis, demandant l'asile au titre de réfugié. Ils sont en attente de statut.

    L'ARTICLE





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique