• Newsletter de novembre 2015 :
    http://r.ca.d.sendibm2.com/ngqli5dxkrf.html

    Lire la suite...


  • Soutenez ALTERNATIV'HOTEL !

    ALTERNATIV'HOTEL est une solution sociale et solidaire pour un hébergement moins cher que l'hôtel et avec un meilleur impact social !

    La video et les détails sur le site de financement par la foule Les Petites Pierres :

    http://www.lespetitespierres.org/faire-un-don/innover-pour-loger-alternativhotel-a-clermont-ferrand

    on compte sur vous !

     

     

     


  •  

    L’association ALS (Atelier Logement Solidaire) RECRUTE dans le cadre d’un nouveau projet d’hébergement humanitaire : 

     

    Un(e) EDUCATEUR(-TRICE) SPECIALISE(E)

     

    Mission : 

    Sous la responsabilité du président, au sein d’une équipe et en coopération avec le public concerné et les partenaires, vous établirez les besoins du public hébergé, vous proposerez des actions d’accompagnement, participerez à leur mise en œuvre et en évaluerez l’efficacité.

     

    Profil : 

    - titulaire d’un diplôme d’éducateur spécialisé

    - devra travailler en coopération avec les équipes de bénévoles et de salariés des partenaires du projet (Conseil Général 63, Cimade, Secours Populaire, Secours Catholique)

    - savoir résoudre des conflits et faire de la médiation sociale

    - avoir une sensibilité particulière en faveur des migrants et demandeurs d’asile

    - une expérience et/ou un engagement dans le domaine du logement social, de la demande d’asile, de la protection de l’enfance et/ou de la défense des droits de l’Homme sera appréciée

    - la maîtrise d’une langue étrangère est vivement souhaitée

     

    Le Poste : 

    • CDD 1 an avec possibilité CDI

    • 35h hebdomadaires

    • lieu : agglomération Clermontoise

    • salaire : de 17 à 20 k€ brut par an

    • véhicule personnel indispensable

     

     

    Faire parvenir Lettre de motivation et Cv à

    Emmanuel BOUHIER

    ALS  c/o CIMADE 63

    11 rue marmontel

    63000 CLERMONT FERRAND

    ebouhier@club-internet.fr

     

    avant le 28 février 2011 18h

     


  • Manifestation à la Préfecture des Alpes-Maritimes ce jeudi 4 février 2010 à 10h.

    Depuis des mois et des mois, la République Française accepte et entretient sans honte un manquement à ses engagements en ne prévoyant pas un toit pour chaque demandeur d’asile et en pratiquant une discrimination grave entre eux ( les célibataires ne sont pas hébergés). Cette injustice prospère dans tout l’hexagone (voir ce qui s’est passé à Angers). A Nice, la situation de demandeurs d’asile, installés par dizaines dans un parking, a défrayé la chronique cet automne, et provoqué le 9 janvier une initiative citoyenne d’assistance à 60 personnes en danger dans la rue.

    Depuis cette date, des dizaines et des dizaines de militants se relayent jour et nuit auprès de ces naufragés venus de partout où la liberté et la vie de l’homme sont menacés. Respectant le désir de discrétion des accueillis, nous avons fait nôtre le choix de ne pas médiatiser cette occupation de locaux dépendant du P.ECO.S. (Pôle d’ECOnomie Solidaire) au 51, rue Clément ROASSAL.

    Nous voulions ainsi donner toute sa chance à un dialogue constructif avec les autorités qui ont pris, dès le début du mois de janvier, l’engagement de fournir à chacun "a room to sleep" (dixit le sous-préfet en charge des questions sociales). Certains ont pu être relogés au moyen d’une aide de 30000€ débloquée à la hâte et versée par les services de l’Etat début décembre au Secours Catholique. Celui-ci a fait ce qu’il a pu. Littéralement baladés, les 60 réfugiés qui vivent au P.ECO.S. mais aussi tous ceux et toutes celles qui sont encore dehors, ont entendu des promesses, participé à des réunions, repris espoir et connu la frustration de valises qu’il faut rouvrir après les avoir préparées pour une prise en charge hôtelière.

    Nous témoignons du désespoir de ces hommes et ne pouvons supporter l’offense qui leur est faite.

    Nous demandons le logement décent et sans délai de ces personnes moins bien traitées que les plus pauvres et les plus démunis de notre société.

    Nous invitons la presse à s’emparer de cette actualité qui déshonore notre pays, notre département, notre ville.

    Nous donnons rendez-vous aux élu-e-s, aux associations, aux citoyens-ne-s engagé-e-s aux côtés des demandeurs d’asile victimes de cette discrimination, pour une manifestation à la Préfecture des Alpes-Maritimes ce jeudi 4 février 2010 à 10h.

    Collectif d’Accueil des Demandeurs d’Asile 51, rue Clément ROASSAL 06000 Nice.

    06 68 59 81 59 / 06 03 51 28 32

    Pour suivre la chronique de ces 3 semaines d’occupation :
    http://ademonice.free.fr/

     

    http://www.millebabords.org/spip.php?article13278


  • Laurent Cantet a annoncé le tournage d'un film donnant la parole aux sans-papiers.

    Le réalisateur d’Entre les murs, Palme d’or à Cannes en 2008, veut donner la parole aux sans-papiers. A l’occasion d’un rassemblement à Paris, devant un immeuble de sans-papiers en grève pour obtenir une régularisation, Laurent Cantet a annoncé qu’un film sera tourné à ce sujet par un collectif de 350 réalisateurs.

    "On a décidé d'aller tourner sur les piquets de grève à partir de la semaine prochaine. Il y a des centaines de milliers de personnes employées au noir, c'est à eux qu'on veut donner la parole", a-t-il déclaré. Un film qui sera diffusé dans 500 salles juste avant le premier tour des régionales, le 14 mars.

    Il était accompagné d’Harlem Désir, eurodéputé PS, et de Patrick Pelloux, président du syndicat des médecins urgentistes, afin d’empêcher l’expulsion des sans-papiers de l’immeuble, situé dans le 6e arrondissement de Paris.

    Le Tribunal de Grande Instance de Paris avait donné jusqu’à mercredi pour évacuer les lieux. 250 personnes habitent ce lieu depuis le 15 décembre 2009, et une centaine de militants étaient venus manifester leur solidarité.

    Le film s’appellera Laissez-nous travailler ici, et fait suite à un premier court-métrage de trois minutes, réalisé en 2007, et intitulé Laissez-les grandir ici. "On a déjà fait un film de trois minutes juste avant la présidentielle, qui parlait d’enfants, d’hommes et de femmes sans papiers menacés d’expulsion. On veut reproduire cette expérience", a expliqué Cantet.(RESF). Une pétition en faveur des sans-papiers, lancée depuis la sortie du premier court-métrage, a déjà recueilli 116.571 signatures. Réalisateur engagé, Laurent Cantet n’a pas hésité à aborder des sujets difficiles, notamment dans Ressources humaines et L’Emploi du temps. (Source Europe1)

    http://info.sfr.fr/france/articles/Un-film-collectif-sur-les-sans-papiers,129743/





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique