• chronique RCF du 27 février 2012 Pour un Christianisme de partage et non de croisade

    Témoignage Chrétien, hebdomadaire de résistance spirituelle a publié dans son édition du 16 février une tribune "Pour un christianisme de partage, pas de croisade" (http://www.temoignagechretien.fr/ARTICLES/Agir-avec-TC-!/Pour-le-christianisme-du-partage-pas-de-la-croisade/Default-53-3524.xhtml) .

     

    Dans cette tribune il est notamment déclaré :

    "Nous dénonçons l’esprit de croisade pour la défense de la « France chrétienne » : l’extrême droite catholique s’attaque à l’art contemporain, la présidence de la République et sa majorité affirment une soi-disant supériorité d’une civilisation (chrétienne) sur d’autres, sans compter le discours du Front national, et nous en passons…

     

    Nous contestons la manipulation et l’accentuation des clivages dans notre pays : clivages raciaux, sociaux, religieux, ethniques, de couleur de peau qui font du jeune de banlieue, du musulman, du chômeur, du Rom, le bouc émissaire. Ces clivages sont utilisés par les médias, les pouvoirs et certaines forces politiques pour occulter le clivage de fond : le clivage social.

     

    Les discriminations ne sont plus des faits isolés, elles sont un système qui s’attaque aux habitants des quartiers populaires, aux Noirs, aux Arabes, aux musulmans. Elles créent une classe de citoyens à part. Jésus était du côté des parias pour mettre à bas les murs de séparation, nous sommes aux côtés de ceux d’aujourd’hui. "

     

    ou plus loin :

    " Notre christianisme est bien celui de saint Martin, mais aussi de l’abbé Pierre, de Théodore Monod, de Dietrich Bonhoeffer, de Martin Luther King ou Desmond Tutu. Le partage du manteau signifie aider l’autre, frère ou sœur en humanité, qu’il ait des papiers ou non, même si cela viole la loi. Mais il faut aller plus loin. Donner un bout de son manteau, c’est poser le problème du partage planétaire des richesses"

     

    ou encore :

    "Nous disons aux chrétiens de droite inquiets de la tentation de l’extrême droite, qu’ils se doivent d’interpeller leur camp sur les dérives des politiques et des propos, notamment sur l’immigration, qui ont depuis longtemps dépassé le niveau de l’humainement acceptable.

     

    Nous disons aux dirigeants de la gauche que leurs politiques passées et leurs propositions sont rarement à la hauteur des enjeux, que nous espérons mieux d’eux. "

     

    "Chrétiens sociaux, nous continuerons à assumer dans notre travail associatif, ecclésial, diaconal, syndical, notre part de responsabilité : apprendre à vivre ensemble, dénoncer la manipulation des peurs, exhorter avec le message biblique à ne pas craindre l’autre. Croire que le dépassement de tous les clivages arrivera dans le Royaume des cieux est nécessaire, mais pas suffisant. Il faut assumer d’être dans la différence, dans le conflit : nommer ces clivages pour les penser et agir sur eux, travailler sur nos propres peurs, aider les personnes en souffrance à travailler les leurs… "

     

    La cimade n'est pas une organisation chrétienne en tant que telle puisse qu'il n 'est pas nécessaire de confesser une foi pour y adhérer et puisse qu'elle ne dépend d'aucune puissance religieuse. Cependant l'évangile libérateur est une source primordiale de l'action et des positions de la Cimade qui est née rappelons le des communautés protestantes. Nous pouvons donc nous reconnaitre dans cet appel, surtout en ce qui concerne la place de l'étranger dans notre société et l'instrumentalisation de l'immigration dans le débat politique.

     

    Cette exagération des clivages entre les étrangers et les français, a conduit à produire des lois qui fabriquent des clandestins et des pratiques qui condamnent la France. Nous sommes responsables du sort de ceux à que nous portons atteinte.

     

    "Caïn, Qu'as tu fait de ton Frère ?"  


    Tags Tags : , ,