• chronique du lundi 28 fevrier sur RCF: RECIT des BERKAM

    Monsieur et Madame Berkam, qui habitent Clermont-Ferrand, sont enfin convoqués pour soutenir leur demande d'asile devant un officier de protection à l'OFPRA (office français de protection des demandeurs d'asile). C'est à Fontenay-sous-Bois, dans la région parisienne.

    Ils se présentent quelques jours avant au local des permanences de la Cimade à Clermont pour que nous les aidions à revoir leur demande. C'est en effet un grand jour auquel il faut bien se préparer. On dit que le dossier n'a de valeur que s'il est défendu oralement avec conviction et précision par celui qui demande l'asile. Un dossier écrit, aussi complet nous paraît-il, est insuffisant pour emporter la décision favorable.

    Le couple sera sans doute interrogé séparément par l'Officier de protection, même si la décision finale est évidemment liée et les concernera tous les deux

    Se préparer avec nous, c'est revoir ensemble les dates, les lieux, les détails précis du récit des évènements qui les ont conduits à s'enfuir et à demander l'asile en France. On y passe du temps. Les évènements remontent à plusieurs mois et tant de choses se sont passées depuis! Dire et redire ce que l'on a souffert, c'est difficile, et réactive la douleur. Et comment être certain que celui ou celle qui vous écoutera bientôt, àl'OFPRA, le fera avec compréhension et finesse, avec l'esprit ouvert et avec compassion.

    Puis vient l'étape suivante: il faut aller à Paris.
    Ils sont convoqués à 8h30 mardi matin. Il faut donc non seulement prévoir un aller-retour en train, mais une nuit d'hôtel, et les tickets de métro pour se rendre à Fontenay-sous-Bois

    2 allers-retour Clermont-Paris, sans réduction: environ 200 euros. Bien sûr, on cherche sur internet des billets moins chers, mais ce n'est pas toupours possible à obtenir.

    Une nuit d'hôtel: 60 euros, Paris ce n'est pas Clermont!

    2 repas de midi à Paris: 20 euros, en prenant juste un en-cas.

    4 tickets de métro: 5 euros

    285 euros! Qui va prendre en charge cette somme?

    C'est l'Etat français qui reconnaît au couple Berkam la possibilité de demander l'asile c'est lui qui les convoque devant l'OFPRA, mais ce n'est pas lui qui paie les frais du voyage. Comment sortir de cette contradiction?

    Bien sûr, si les Berkam habitaient Paris, ils auraient juste à acheter 2 tickets de métro... mais ils habitent Clermont... L'égalité n'est pas de ce monde! Pourtant les requérants ne devraient-ils pas bénéficier des mêmes droits sur l'ensemble du territoire français?

    Il faut impérativement réunir l'argent nécessaire car s'ils ne se présentent pas, ils seront déboutés de leur demande.

    En tant que demandeurs d'asile, les Berkam ont droit à l'ATA (allocation temporaire d'attente).Le montant de l'ATA est fixé à 10,83 € par jour et par personne adulte. Avec cette somme, ils doivent se loger, se nourrir, s'habiller et se déplacer à Clermont. Pendant le traitement du dossier, ils ont difficilement mis de côté une centaine d'euros en prévision du voyage. Alors, on fait la tournée des associations pour compléter la somme. La plupart n'ont plus un sou en ce début d'année, certaines subventions sont promises mais pas encore versées. Les associations concernées ont alors la désagréable certitude d'être prises en otage par l'Etat défaillant. Malgré tout, il faut bien répondre à la demande de la famille, pour leur donner leur chance.

    Les Berkan partent à Paris, c'est fait, on espère qu'ils seront entendus, mais c'est seulement 10% des demandeurs qui reçoivent une réponse positive.

    Si la réponse est négative, les Berkam feront appel devant la Cour Nationale des Demandeurs d'Asile et devinez où ils devront se présenter? À Montreuil-sous- Bois, dans la Région parisienne!