• Depuis plus de 10 ans, nous subissons une accélération et une intensification des attaques contre le droit des étrangers en général et le droit d’asile en particulier. Illustrons le propos : la demande d’asile doit être faite en français et non dans la langue maternelle du demandeur, les conditions d’obtention des titres de séjour deviennent impossibles à réunir, introduction de l’inégalité de traitement avec la procédure d’asile dite « accélérée », marchandisation de l’assistance dans les centres de rétention, développement de la privation de liberté sur décision administrative, etc. En apparence, ces attaques ne concernent que les étrangers mais en créant des entorses, des exceptions dans nos principes démocratiques et républicains comme la séparation des pouvoirs, l’accès à un procès équitable, l’égalité de traitement, le respect de la dignité et du droit, en acceptant ces entorses, nous faisons entrer le loup dans la bergerie et aujourd’hui, demain, ce seront nos droits et libertés qui seront menacés, j’en veux pour preuve cet état d’urgence qui se perpétue contre toute justification technique. Nous sommes dans un champ de force et l’Histoire prend sa direction dans la résultante des forces en présence. Nous vivons un combat culturel où des logiques s’affrontent : la logique de suspicion contre celle de la bienveillance, la recherche du désengagement contre celle du développement des droits humains, la vision utilitariste des humains contre une vision universelle et fraternelle. Les crises et les conflits s’amplifient et se rapprochent, ils mettent en évidence le grand enjeu de civilisation devant nous : le progrès humain ou une nouvelle forme de barbarie.

    Dans ce contexte, quel est notre rôle ? à nous tous, citoyens et corps intermédiaires de la société civile, c’est-à-dire hors des institutions militaires ou politiques.

    D’abord un rôle de mesure du réel, observer ce qui se passe, recueillir de l’information, des témoignages, produire des données. L’accès à une information indépendante est primordial pour notre liberté. C’est ce que fait la Cimade et d’autres ONG à travers des rapports et enquêtes.

    A partir de cette information, le deuxième rôle tient de l’éducation populaire : expliquer, rendre intelligible ce qui se passe, analyser et proposer une lecture à la lumière de nos valeurs et principes.

    Enfin, c’est construire. Construire des mobilisations pour peser dans le fameux champ de force. Et construire des projets pour montrer que le réel peut être tout autre, que ce n’est pas une question de fatalité mais de volonté. Des projets et des actions comme les permanences juridiques, l’apprentissage du français, les réseaux d’hébergement solidaire ou les opérations de sauvetage en mer.

    Nous sommes à une époque charnière, l’Histoire ira là les forces sont plus fortes. Soyons des Humains Debouts.

     

    welcome

     

     


  • ACCUEILLONS LES !

    Jeudi 21 avril 2016 une 40aine de participants de sont réunis pour le cercle de silence.
    L'occasion de faire passer ce message :
    "NOUS NE VOULONS PLUS DE MORTS AUX PORTES DE L'EUROPE ! NOUS VOULONS QUE LES REFUGIES SOIENT ACCUEILLIS !"
    Les migrants meurent parce que nous rendons leurs routes mortelles !