• CAI : obligatoire mais populaire

    vu dans LIBE

    D'après l'Anaem, le contrat d'accueil et d'intégration (CAI) a toujours fait l'objet d'un fort «taux d'adhésion». De 2003 à 2006, où il leur était simplement proposé, plus de 85 % des migrants acceptaient de le signer, et jusqu'à 96,1 % en 2006, soit 95 693 personnes. En termes d'effectifs, le fait que le CAI soit rendu obligatoire ne devrait pas changer grand-chose. Ce qui va changer, c'est que la formation linguistique est désormais sanctionnée par un examen : le Dilf (Diplôme initial de langue française).