• audience de la dernière chance

    sur LIBE

    Le président de la section n° 8 de la commission des recours des réfugiés (CRR) réclame à Balde, 25 ans, des «précisions». La jeune femme guinéenne se contente de répéter, invariablement, via son interprète : «Je ne veux pas que ma fille de 3 ans subisse ce que j'ai subi. Elle serait forcée à l'excision, si on repart là-bas.» Venue pour la journée de Dijon, où elle travaille comme femme de ménage, Balde joue gros, ce mercredi midi, dans la salle d'audience n° 11.

    L'ARTICLE