• 250 personnes sont venues montrer leur solidarité avec Salima ce soir, mardi.
    Jeudi elle risque l'expulsion
    Demain Mercredi, on continue !  

     RASSEMBLEMENT MERCREDI 3 février à 18h devant la préf.
     
    Salima est l'exemple du durcissement des lois qui aveugle l'administration.
     
    Elle a le droit à un traitement équitable, à la prise en compte de sa situation sociale et au respect de sa personne.
     
     
    Soyons nombreux mercredi pour demander sa libération et sa réglarisation.
     
    Emmanuel BOUHIER
    cimade63
     


  • Salima Boulazhar est une jeune marocaine arrivée en France à 13 ans avec sa soeur jumelle Selma en 2004. Leur père ne les a pas reconnues à la naissance et leur mère n'a pas pu s'occuper d'elles. Leur grand mère a pouvu à leurs besoins et à leur éducation jusqu'à son décès, c'est alors leur tante, habitant en France, qui contracte une kafala au Maroc pour les prendre en charge.
    A l'approche de leurs 18 ans, la cimade les a aidé à établir leur demande de titre de séjour. Mais la demande n'est instruite à la Préfecture qu'après la date anniversaire. La demande est rejetée et les filles recoivent un Arrêté Préfectoral de Reconduite à la Frontière (APRF).
    Mardi 19 janvier, Salima est arrêté chez elle, puis placée en rétention à Lyon en vue de son expulsion vers le Maroc.

    Si le Préfet a le droit pour lui, il faut tout de même convenir que la situation personnelle de ces jeunes filles n'a pas été prise en compte dans la décision administrative. Elles n'ont plus d'attaches au Maroc et elles ont construit leur avenir en France où elles poursuivent leurs études. La loi est une chose mais elle n'empêche pas de considérer la particularité de chaque situation, c'est affaire de volonté. Le choix du Préfet n'est donc pas la seule solution légale, son choix illustre sa volonté.

    Vous pouvez écrire au préfet pour signifier votre opposition, votre indignation, votre désapprobation face à ces pratiques :

    --------------------------------------------

    Monsieur le Préfet,

     

    Vos services ont procédé à l'arrestation de Salema Boulazhar, à son domicile, le mardi 19 janvier. Cette jeune fille de 18 ans a donc été placée en rétention à Lyon en vue de son expulsion vers le Maroc.

    Salema et sa soeur jumelle sont arrivées en France à 13 ans. A l'approche de leurs 18 ans, elles ont entamé les démarches pour régulariser leur situation. Alors qu'elles n'ont plus attache au Maroc, alors qu'elles suivent une scolarité réussie, alors que leur tante qui s'occupe d'elles a contracté une Kafala au Maroc, vos services ne leurs ont pas accordé de titre de séjour.

    Nous pensons que la particularité de leur situation n'a pas été prise en compte et qu'il va s'en suivre beaucoup d'humiliations et de souffrances humaines.

    Cet aveuglement nous est insupportable. Il nous semble que leur demande aurait pu bénéficier d'une issue plus favorable, plus respecteuse, plus juste.

    Nous vous demandons la libération de Salema et la régularisation des deux soeurs.

    -------------------------------------------------

     

    à envoyer à

     patrick.stefanini@puy-de-dome.pref.gouv.fr

    denis.reynier@puy-de-dome.pref.gouv.fr

     


  • http://www.facebook.com/group.php?gid=195851840560

     

    Vous pouvez vous inspirez de ce texte pour envoyer un message au Préfet :

    Monsieur le Préfet,
    Théophilus Omon est actuellement au Centre de Rétention de Lyon pour une expulsion vers le Nigeria. Théophilus est pasteur d'une église évangélique, à ce titre sa vie est en danger au Nigeria. D'autre part, il travaille et a fait une demande de régularisation, malheureusement rejetée, alors que son employeur lui prévoit un CDI et participe à sa demande de régularisation. Anglophone, M. OMON a appris le français et fait preuve d'une volonté de vivre parmi nous.
    Pour le protéger des menaces, pour lui permettre de contracter un CDI et de continuer son intégration, je vous prie, Monsieur le Préfet, de libérer et régulariser M. Théophilus OMON


    fax : 04.73.98.61.01
    mail : patrick.stefanini@puy-de-dome.pref.gouv.fr


  • ON TIENT Le BON BOUT !!!

     

     


  • La chaise de Chen ne doit pas rester vide
    Depuis le mois de mars la mobilisation s’est organisée autour de la
    famille Tang-Zhou menacée d’expulsion vers la Chine.
    Mr Tang et Mme Zhou ont deux enfants : Clément a 1 an et Chen vient de fêter ses 4
    ans. Il est scolarisé à l’école Nestor Perret.
    - 1500 personnes ont signé la pétition pour demander leur régularisation,
    - des élus de tous bords sont intervenus pour appeler les autorités ministérielles et
    préfectorales à la bienveillance,
    - la défenseure des enfants leur apporte son soutien,
    - les enfants et les parents de l’école Nestor Perret, les enseignants, les
    associations, les syndicats se sont adressés au préfet.
    Et malgré tout,
    le 19 Août, Mr et Mme Tang-Zhou et leurs 2 enfants ont été arrêtés dans le
    restaurant qu’ils exploitent et conduits au centre de rétention de Oissel (près de
    Rouen). Libérés sur décision du juge, ils sont revenus à Clermont mais ont été
    assignés à résidence jusqu’au 5 Septembre. C’est le délai pour « organiser
    matériellement la reconduite à la frontière».
    C’est le temps qu’il nous reste pour faire revenir le préfet sur sa
    décision
    Laissez Clément et Chen grandir ici,
    Régularisation de Mr et Mme Tang-Zhou

     

    ACTIONS et PETITION

     http://resf.rusf63.free.fr/spip.php?article89

    http://resf.rusf63.free.fr/spip.php?rubrique4

    MOBILISONS NOUS LARGEMENT !!!!!! ASSOCIATIONS, PARTIS, SYNDICATS, EGLISES, MOUVEMENTS DIVERS, ... et simples CITOYENS évidemment !!!!

    Faisons reculer la déshumanisation croissante !!!





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique