• Expulsée alors que le papa est gravement malade, la famille revient et le dossier est réexaminé... pourquoi tant d'humiliations et de souffrances inutiles ?...

     

     


  • APRÈS LE RASSEMBLEMENT DE MERCREDI DE PLUS DE 150 PERSONNES ENCORE, ET QUI MANIFESTE L’ÉMOTION CROISSANTE AUTOUR DE LA POLITIQUE DE TRAQUE DES ÉTRANGERS ET D’EXPULSION FORCÉE,

    CONTINUONS ET AMPLIFIONS LA MOBILISATION!
    RASSEMBLEMENT
    DEVANT LA PREFECTURE DU PUY-DE-DÔME
    À CLERMONT-FERRAND
    SAMEDI 20 MARS À 15 HEURES.
    DIFFUSEZ L’INFORMATION AUTOUR DE VOUS !
    SOYONS TOUJOURS PLUS NOMBREUX
    !

    Libérez Ziyed,
    Régularisation de Ziyed, Salma, Youssouf,
    et tous les autres…

    Ziyed, étudiant en licence d’informatique, a reçu une deuxième Obligation à Quitter le Territoire Français, après avoir connu le Centre de Rétention il y a deux ans. Il a été de nouveaux arrêté mardi 16 mars et conduit au centre de rétention de Lyon. Ziyed est arrivé en France en 2002. Après deux ans de BTS, il suit un DUT informatique en 12 mois, qu’il obtient, il fait une année de Russe, en attendant de pouvoir déposer un dossier de canditature à la licence informatique. Actuellement en licence 3ème année informatique, la préfecture a de nouveau refusé le renouvellement de son titre de séjour étudiant. Ziyed a le droit d’étudier comme tout le monde.
    Libération et Régularisation immédiate de Ziye
    d.
    Après deux semaines de mobilisation et un désaveu national pour Besson, Hortefeux et Stéfanini
    , Salma et Salima sont enfin réunies à Clermont-Ferrand. Salima a obtenu un visa long séjour d’un an, qu’en sera-t-il une fois ce délais écoulé ? La logique d’expulsion aura quand même poussé jusqu’à renvoyer Salima, 18 ans, vers le Maroc, après 15 jours en Centre de Rétention Administrative, pour ensuite organiser son retour. Le Préfet a le pouvoir de régulariser la situation de Salima et Salma, qui n’a toujours pas obtenu de titre de séjour. Le passage de Salma par le Maroc n’est pas indispensable, il est inutile, il n’est pas humain. Nous revendiquons la régularisation de Salima et Salma ici et maintenant.
    Par la mobilisation des lycéens et des personnels du lycée Camille Claudel et du collège la Charm
    e, Youssouf, arrêté à l’entrée de son immeuble au retour du lycée, a échappé au Centre de Rétention Administrative. Lundi 8 février le Tribunal a cassé l’arrêté de reconduite à la frontière, le préfet a du réétudier sa situation et vient de lui proposer un titre étudiant. Cependant, ce type de titre de séjour ne reflète pas sa situation familiale. La place de Youssouf est auprès de ses copains, nous exigeons sa régularisation immédiate.
    Marieta, Andranik et leur fils Gué
    ram âgé de 24 ans ont dû fuir l’Arménie où leur vie est menacée. A l’armée, Guéram a été témoin, bien malgré lui, de crimes perpétrés par des militaires. Pour lui et sa famille la suite fut l’enfer. Plus aucune protection quand les autorités vous persécutent. La France leur refuse l’’Asile, le préfet veut les expulser (Arrêté Préfectoral de Reconduite à la Frontière). Marietta et Andranik ont plus de 50 ans. Ils ont passé toute leur vie à Erevan. Sous la menace ils ont tout abandonné, leur famille, leur maison, leur travail pour sauver leur vie. Ils vivent cachés dans la région. Leur seule vie possible est ici. Ils doivent être régularisés.
    Gertru
    de a fui la République démocratique du Congo, avec ses 5 enfants en octobre 2007. Elle est sans nouvelles de son mari, disparu, depuis son arrestation. Accueillie au Cada de Bussières et Pruns elle dépose une demande d’Asile et scolarise les enfants. Déboutée elle doit quitter le Cada en avril 2009 et loge depuis dans un Hôtel. Elle vient de recevoir une ultime réponse négative de la CNDA. Adam 12 ans, Nathan 9 ans, Adonie 6ans, Chiphra 4ans et Jjael 2ans, même dans des conditions de vie extrêmement difficiles ne conçoivent d’autre avenir qu’ici, à Clermont-Ferrand chez eux maintenant. Il faut régulariser Gertrude.


  • TAYEB LAIBD  est un algérien qui avait déposé une demande de titre de séjour pour le travail en Italie.

    Désirant rendre visite à des amis à Clermont Ferrand, en France, il traverse le tunnel du Mont Blanc et se fait arrêter le 8 mars 2010.

    Il est placé au Centre de Rétention de Lyon.

    L'Italie n'a pas accepté sa réadmission qui lui aurait permis de revenir en Italie.

    Au lieu de celà il sera expulsé le 19 mars pour l'Algérie.

    Nous vous demandons d'écrire au préfet de Savoie pour qu'il use de son pouvoir discrétionnaire pour libérer M. LAIBD et lui permettre de retrouver l'Italie par ses propres moyens et finaliser sa régularisation dans ce pays.

    Mr le Préfet de la Savoie
    Préfecture de la Savoie
    Château des Ducs de Savoie
    BP 1801
    73018 CHAMBERY CEDEX
    Télécopie : 04.79.75.08.27

    etrangers@savoie.pref.gouv.fr

    courrier@savoie.pref.gouv.fr

    xavier.idier@savoie.pref.gouv.fr

    remi.thuau@savoie.pref.gouv.fr

     

    merci pour lui

    Emmanuel BOUHIER

    cimade63


  • MESSAGE DATANT de MERCREDI 17 mars :

    ---------------------------------------------

    AUDIENCE DEMAIN AU TA DE CLERMONT A 14H

    Un jeune Tchetchene interpellé hier mardi à la préfecture a été transféré au centre de rétention de TOULOUSE hier en fin de journée.

    Ce jeune homme de 23 ans est ici avec sa soeur et ses parents, il est fiancé à une jeune réfugiée tchetchene qui a la nationalité française.
    Ils sont tous déboutés du droit d'asile.
    Sous le coup d'une OQTF qui devait être audiencée le 22 mai au TA de clermont-Ferrand.
    En procèdure de recours de réexamen de demande de statut de réfugié à la CNDA (procèdure prioritaire non suspensive)
    L'interpellation de ce jeune avant l'audience au TA, change la procèdure.
    La notification d'une OQTF entraîne l'irrégularité du séjour au bout d'un mois. Si l'interessé à fait un recours contre cet OQTF, le TA à trois mois pour statuer et ce recours n'est pas suspensif.
    L'interessé peut être interpellé et conduit en centre de rétention , ce qui est le cas, mais il ne peut pas être renvoyé dans son pays d'origine sans que le TA est statué.
    Dans ce cas de figure, le TA auquel est rattaché le centre de rétention est saisi en urgence de la procèdure et doit statuer dans les 72 heures après l'arrivée de l'étranger au centre de rétention.

    Je viens d'être informée que l'audience est prévue pour toute la famille demain à 14 heures à 6 cours Sablon CLERMONT-FERRAND, la famille et l'avocate demandent à ce que nous soyons au TA et ce serait bien, car une telle affaire ne s'est encore jamais produite.

    Si j'ai des nouvelles informations demain dans la matinée je transmets.

    Courage!
    Agnès




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique