• 14eme chronique sur les pays pas si sûrs : la Serbie. chronique du 11 fev 2013

    http://podcast.rcf.fr/emission/449029/

    Cette 14éme chronique de la série sur les pays d'origine sûrs, portera sur la Serbie.

    Avant celà, rappelons brièvement ce qu'est cette liste de pays d'origine sûrs. Cette liste est censée regrouper les pays supposés respecter les principes suivants : 

    - libertés fondamentales, 

    - démocratie, 

    - état de droit, 

    - droits de l'Homme.

    Lorsqu'un demandeur d'asile est ressortissant d'un de ces pays, il n'a pas accès à la procédure normale du traitement de sa demande, mais à une procédure dite "prioritaire" qu'il faut comprendre par "expéditive". 

    En effet, dans cette procédure, un entretien n'est pas obligatoire, le délai de constitution du dossier est plus court, l'OFPRA est limitée dans le temps pour répondre et le demandeur a moins de droit et quasiment aucune aide.

    La notion de pays sûrs pose un problème de fond : l'Administration présume ainsi du caractère infondé de la demande et opère une discrimination d'origine.

    Outre la notion même, la constitution de cette liste pose aussi problème. C'est l'objet de cette série de chroniques, voyons donc le cas de la Serbie.

     

    Le rapport d'Amnesty International pour l'année 2012 fait état de problèmes de torture et autres mauvais traitements, de racisme et de discrimination.

    Détenus et prisonniers restent exposés à un risque de torture et de mauvais traitements en raison de l’absence de dispositifs de surveillance et du mécanisme de prévention nationale pourtant prévu par le Protocole de la Convention contre la torture [ONU]. Les prisons, surpeuplées, manquaient toujours de moyens et de personnel (médical, entre autres).

     

    En janvier, 14 supporters du club de football Partizan ont été condamnés à un total de 240 ans d’emprisonnement pour le meurtre du Français Brice Taton en septembre 2009. La Cour constitutionnelle a interdit en juin l’organisation d’extrême droite Nacionalni stroj (Ordre national).

    De nouvelles agressions contre les Roms ont été signalées cette année. En novembre, quelque 120 Roms se sont retrouvés sans abri après l’incendie de leurs logements à Belgrade. Le feu avait vraisemblablement été allumé par les supporters d’un club de football.

     

    Le Conseil de la minorité bosniaque a appelé en septembre le gouvernement à mettre un terme aux discriminations imposées à cette minorité. Les Albanais du sud de la Serbie souffraient toujours de discriminations, en particulier dans le domaine de l’éducation.

    Le commissaire à la protection de l’égalité a reçu 349 plaintes, émanant de particuliers et d’ONG, invoquant les dispositions de la Loi de 2009 contre la discrimination.

     

    Après que des groupes de droite ont proféré des menaces, le gouvernement a annulé en octobre la marche des fiertés de Belgrade (Belgrade Pride), enfreignant ainsi son obligation de garantir la liberté d’expression et de rassemblement. Cette année encore, des agressions homophobes ont eu lieu. Une lesbienne a été poignardée et grièvement blessée en octobre à Belgrade.

     

    Alors NON la Serbie n'est pas un pays sûr. Le recours à cette liste est une atteinte au droit d'asile, il doit être abandonné. 

     

    Emmanuel BOUHIER

    Cimade63

     

     

    source : http://www.amnesty.org/fr/region/serbia/report-2012